You are currently browsing the tag archive for the ‘Michel Marmin’ tag.

Corsaire Alabama
La guerre de Sécession fait rage. Les corsaires sudistes portent des coups redoutables au commerce du Nord : l’issue de la guerre est incertaine. Maîtresse des mers, la Confédération peut espérer la victoire. La décision finale dépend peut-être d’un seul bateau et d’un seul homme : le croiseur de guerre Alabama, au sillage jonché d’épaves et de prises yankees, et son pacha, le commandant Semmes, un corsaire à l’âme chevaleresque.

Aux trousses de l’Alabama, le puissant Kearsarge battant pavillon nordiste, chargé de le couler coûte que coûte. Les deux navires feront le tour du monde pour, au terme d’une extraordinaire odyssée maritime, livrer bataille sur les côtes normandes : le 19 juin 1864, devant des milliers de spectateurs rassemblés sur la rade de Cherbourg, le Kearsarge enverra l’Alabama par le fond, consacrant le naufrage des idéaux sudistes…

——————————-

Corsaire AlabamaJean-Pierre Deloux, qui fut rédacteur en chef de la défunte et prestigieuse revue Polar, historien du cinéma et directeur de diverses collections policières ou ésotériques, était aussi passionné par la guerre de Sécession. Dans son ouvrage « Le Corsaire Alabama », Editions Edite, 2001, au-delà du récit de cet extraordinaire épisode, il suggère que la guerre de Sécession n’est pas terminée et qu’elle concerne directement l’Europe contemporaine, menacée par les rêves mondialistes de l’impérialisme yankee.
Il est mort le 23 janvier dernier : mauvaise nouvelle pour le polar sur l’avenir duquel il s’interrogeait avec justesse dans un entretien qu’il donnait à Michel Marmin dans le n°100 -mars 2001 de la revue Éléments.
Il m’avait envoyé son « Vacher l’Assassin », fort gentiment dédicacé .
« Personnage généreux, entier, excessif, tourmenté, pessimiste, grand amateur de bonne chère et de bons vins, Jean-Pierre Deloux laisse une œuvre atypique », qui aura, comme on dit, marqué ceux qui l’ont connu.
————————————————————————————-

Publicités

Des attentats du 11 septemchauprade-choc1bre 2001 à l’effondrement brutal des marchés financiers en 2008, l’histoire a connu une accélération foudroyante. Émergence d’une Chine aux ambitions planétaires, expansion de l’islamisme radical, révolte des peuples latino-américains, retour de la puissance russe : nous assistons à la naissance d’un monde multipolaire. « Chronique du choc des civilisations » propose un décryptage des grands évènements géopolitiques récents et des nouveaux enjeux planétaires. En resituant ceux-ci dans la « longue durée historique », il justifie son titre grâce à une grille d’analyse originale qui permet de mieux appréhender un thème autour duquel est entretenue une certaine confusion.

Comme le soulignait déjà Oswald Spengler dans son « Déclin de l’Occident » en 1928 (« L’histoire du monde est l’histoire des grandes civilisations »), Samuel P. Huntington, professeur de sciences politiques à Harvard affirme en 1993 que « la culture, les identités culturelles qui, à un niveau grossier, sont des identités de civilisation, déterminent les structures de cohésion, de désintégration et de conflits dans le monde d’après la guerre froide ».Il précise « La rivalité entre grandes puissances, est remplacée par le choc des civilisations. Dans ce monde nouveau, les conflits les plus étendus, les plus importants et les plus dangereux n’auront pas lieu entre classes sociales, entre riches et pauvres, entre groupes définis selon des critères économiques, mais entre peuples appartenant à différentes entités culturelles. »


.

Aymeric Chauprade reprend la démonstration de Samuel Huntington mais montre les raccourcis et simplifications faites par l’américain qui pose notamment les civilisations comme des ensembles homogènes et unitaires, ce qu’elles ne sont pas. De la même manière son découpage du monde en neuf civilisations constitue en lui-même une instrumentalisation de la réalité civilisationnelle au service des permanences géostratégiques des Etats-Unis quand il intègre par exemple, sous le nom d’« Occident », l’Europe occidentale et l’Amérique du Nord au sein d’une même communauté de destin transatlantique.

.

À travers cet ouvrage illustré de nombreuses photographies souvent très spectaculaires excellemment choisies par Michel Marmin et de cartes explicatives, l’auteur nous propose alors une véritable «grille de lecture» du monde actuel et de ses fractures.

———————-

Aymeric Chauprade : Chronique du choc des civilisations. Editions Chronique




pour me contacter

octobre 2019
L M M J V S D
« Fév    
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

a

Des racines et des elfes

Tigialon uscas

Blog Stats

  • 1 284 108 hits
Publicités