You are currently browsing the tag archive for the ‘Poitiers’ tag.

samJe m’étais dit que je ne parlerais pas de cette histoire …même si c’est chez moi … parce que c’est tellement ridicule, et puis bon… il y a quinze jours, une manif anti-carcérale à Poitiers, et non pas contre l’état déplorable de la prison de Vivonne, comme l’indique le NPA de Bezancenot dans un communiqué … puisque cette prison est toute neuve et doit justement remplacer la vétuste prison de Poitiers …( mais bon, vous me direz, qu’est-ce qu’on peut attendre d’un parti de petits fonctionnaires inquiets ?…) une manif disais-je dégénère…une partie des manifestants, masqués, avec des bâtons d’osier et des marteaux, vêtus de noir, protégés par des bâches, se mettent dans une discipline parfaite à casser systématiquement les vitrines… sans se tromper de cibles : banques, journaux d’info -celui dans les colonnes duquel -ô ironie- un plumitif s’acharnait quelques jours auparavant à démontrer la dangerosité de l’extrême droite poitevine …-, Bouygues… Ils entraînent les flics, peu nombreux et surpris, à l’extérieur de la ville et reviennent dans le centre poursuivre leur casse et leurs graffitis. En fait, on a là probablement le premier black bloc en action en France mais personne n’a l’air de s’en apercevoir … D’ailleurs, à part les grands merdiats nationaux, l’histoire ne se répandra pas tellement : quelques sites anars où les partisans de l’action directe et les avides de respectabilité révolutionnaire s’entredéchirent et quatre ou cinq blogs fafs… pas plus, hein… parce que les fafs, il y a des années et des années qu’ils rêvent de monter des blacks blocs fafs mais qu’il n’y arrivent pas … et qu’ils sont jaloux et vexés quand ils voient des trucs comme ça .. les fafs, pour les plus actifs et motivés, ils ont passé leur été en prières, à faire des abdos et à réviser les scènes de « Fight Club » alors que les autres, ils se sont manifestement entraînés avec sérieux … Dans la soirée, deux étudiants, des pros de la manif (selon un flic cité dans un journal, « toujours les mêmes gueules de con ») sont arrêtés et vont étrenner la zolie prizon toute neuve… Illico, leurs petits copains (et papas et manmans bien sur …) se mobilisent : sam est innocent, jean-salvy est innocent !!! et produisent à cet effet des photos, où on les voit fringués normalement et en dehors du cortège des « casseurs » … sans se rendre compte que si ces images montrent que leurs chérubins ne sont pas dans le groupe des casseurs, elles montrent aussi et quand même qu’ils sont toujours aux moments et aux endroits (parfois fort éloignés les uns des autres) où il se passe « quelque chose »…éminemment suspect je trouve … car il est bien manifeste, et c’est dans la logique du truc, que des éléments locaux ont tout préparé (itinéraires, caches de matos, cibles, stratégie de repli…). Condamnés à 6 mois dont cinq avec sursis, les apprentis révolutionnaires (qui écrivent parait-il des lettres touchantes à leurs manmans et papas : allo maman, bobo …) jettent les protestataires dans la rue pour les soutenir et obtiennent samedi de sortir de prison … pour aussi sec participer à une nouvelle manif … l’histoire ne dit pas, si le joli petit Sammy, avatar de Cohn Bendit, qui a du beaucoup plaire dans la jolie prison toute neuve va continuer à se pavaner déguisé en ouvrier pour justifier sa carte à la CNT …moi j’aurais un peu honte à sa place, m’enfin … d’ailleurs, j’ai eu beaucoup de mal pour retrouver cette photo alors qu’il y a quelques jours, elles fleurissaient partout sur les blogs de soutien … comme si on avait finalement décidé de la planquer par un ultime sursaut de pudeur … comme quoi, et c’est encore le plus ridicule de l’histoire, de l’uniforme prolo du gaucho à la coupe de cheveux au ras sur les oreilles avec la foufoune sur le crâne des fachos, c’est encore et toujours l’être qui s’efface derrière le paraître …

——————————————————————————————————————-

Publicités

Capture_Jean_le_Bon

19 septembre 1356.

Ce jour là eut lieu l’une des  batailles dites «de Poitiers », à Nouaillé-Maupertuis où fut anéantie la « fleur de la chevalerie Française » (Froissart). Elle s’était imprudemment engagée dans un chemin bordée de haies, sous les flèches des archers anglais du Prince Noir. En dépit du désordre qui s’intalle, le roi, Jean le Bon qui voit la bataille tourner à l’avantage de l’ennemi, ne veut pas s’enfuir du champ de bataille. Le combat devient un long corps à corps, à la hache d’armes. Malgré l’aide de son plus jeune fils âgé de 14 ans, Philippe, figure héroïque qui deviendra Philippe le Hardi, duc de Bourgogne – « Père, gardez vous à gauche. Père gardez vous à droite »- le roi finit par se rendre . Il restera prisonnier du roi Edouard III pendant quatre ans.

———————————————————————————-

DSCF1513

Les soldats allemands, en garnison à Poitiers, devaient avoir pas mal de temps libre … pour fréquenter les allées du Parc de Blossac …

DSCF1514

lama02Ces mômes qui crachent par terre, ça me dégoûte … mais il n’y a pas que les mômes d’ailleurs. L’autre jour devant le lycée Victor Hugo, ce branleur boutonneux qui a glavioté quand j’arrivais, je me suis arrêté ostensiblement en lui lançant le regard aimable que je réussis bien … là, il a hésité une seconde et puis il s’est excusé…parce que si j’avais marché plus vite je me le prenais en pleine poire … lui c’était un môme …qui mériterait une paire de baffe… mais ce matin à la gare, arrêté au feu dans sa bagnole, ce nègre qui mollarde par sa fenêtre, ce n’était plus un môme, lui…et c’est pas qu’une paire de baffes qu’il devrait se prendre dans la gueule…Dans les arrêts de bus, les glaviots qui maculent le sol … et les trottoirs devant les collèges…
Il paraît que c’est lié à deux phénomènes de société majeurs : les sportifs qu’on voit à la télé (150 crachats par match de foot !…cette brêle de Barthez en est, parait-il un spécialiste incontesté…) et que copient les ados d’une part… et d’autre part, ce qu’on appelle gentiment le « brassage des populations », c’est à dire l’immigration, les allogènes en conquérants, qui importent leurs habitudes dégueulasses…mais rien à dire : c’est une « chance pour la France ». En attendant, on note en parallèle le retour chez nous de la tuberculose : plusieurs milliers de nouveaux cas apparaissent chaque année en France.
Et pourtant c’est puni par la loi, un décret du 22 mars 1942, qui interdit de « cracher ailleurs que dans les crachoirs disposés à cet effet »… seulement voilà, ça date de Vichy et ça nous rappelle donc les heurlesplusombreusdenotrhistoire, alors on l’applique pas beaucoup … d’autant qu’il n’y a plus de crachoirs et qu’il n’y aurait pas assez de flics pour suffire à la tâche …
—————————————————————————–

Un grand bras d’honneur, un majeur bien dressé à tous ces salauds qui font leur possible pour nous distraire avec leur fièvre porcine, qui essaient de répandre la terreur de la pandémie … pour quoi ? Comme d’habitude pour faire passer tranquille une pilule qu’on ne connaitra que dans quelques mois … une bonne vieille loi liberticide ? Un bon vieux décret mémoriel ? Une belle saloperie en tout cas, ça j’en suis bien sur, c’est pas la première fois, ce sera pas la dernière, parce que on a bien les gouvernants qu’on mérite, et leurs laquais aux ordres, journalistes plumitifs, porte-paroles et tutti quanti, pourriture et corruption …

alors grand bras d’honneur, doigt bien dressé !!! et pour aérer, pour passer de cette puanteur de merde à la belle et bonne odeur du printemps, ces photos prises hier dans le centre de Poitiers, puisque la Nature aura toujours le dernier mot…

dscf1170

.

dscf11791

.

dscf1183

.

dscf1187

poitiersminaretcentreprCes jours derniers, des lecteurs sont venus ici, à partir des critères de recherche « mosquée de Poitiers »… alors je me décide, un peu à mon corps défendant je l’avoue, parce que parfois j’aimerais bien éviter les sujets qui (ME) fâchent, à en donner quelques nouvelles : la construction avance bien, merci, et même si aucun minaret n’était, à priori prévu, il s’élève bien quand même, merci encore, à plus de 20 m. de hauteur. Mais mieux vaut laisser la place à la presse locale (Centre Presse en l’occurrence):

.

« À ceux qui en doutaient encore, les travaux de la mosquée de Poitiers, rue de la Vincenderie, progressent. Sept mois après le début du chantier, l’édifice religieux, défendu par l’UOIF (Union des organisations islamiques de France ) en impose.

(-note de ma part : UOIF = organisation fondamentaliste à laquelle le mari de la chanteuse a décidé de donner une partie des pleins pouvoirs dans les milieux islamistes pour la seule raison qu’il donne raison à tous ceux qui  gueulent le plus fort et qui brassent le plus d’air, ce qui, pour le président d’une nation européenne et (encore)  souveraine est quand même un comble : exemple d’un sujet qui ME fâche !!!)

À commencer par le minaret qui vient d’être érigé et culmine à 20 mètres (21,08m au final). Elle est visible depuis la rue de la Vincenderie (une dizaine de mètres environ au-dessus du niveau de la route). Ce minaret attend son escalier en colimaçon (en béton) qui devrait être installé avant cet été.

Pas de muezzin

À terme, un ensemble d’appareils d’éclairage et de sonorisation devrait être installé. Pas question a priori d’un muezzin ( fonctionnaire religieux) perché qui appellerait à la prière.

Outre le minaret, le bâtiment principal est presque terminé. Le rez-de-chaussée abritera un centre culturel islamique. Le 1er étage comprendra une salle de conférence et des bureaux; au deuxième, il y aura la salle de prière où on devine le Mihrab, la niche d’où l’imam guidera la prière vers la Ka’ba, la Mecque. L’autre symbole sacré de la mosquée étant le Minbar, la chaire de l’imam, une estrade du haut de laquelle le guide spirituel s’adressera aux fidèles; enfin, le 3e et dernier étage est réservé aux bureaux de l’imam et du président de la communauté musulmane de Poitiers.

Arcs arabo-musulmans

Les murs des 2e et 3e étages sont décorés d’arcs et arcades de style arabo-musulman. On en dénombre près de 80 au total.

Le gros oeuvre devrait être terminé en juin prochain. Suivront les mises hors d’eau et hors d’air. Les différents corps de métier (isolation, électricité…) prendront ensuite le relais. »

———————————————————

Et ce n’est pas tout, puisqu’il serait question d’une deuxième mosquée (pour rétablir l’équilibre avec l’organisation plus modérée…) on croit rêver mais on en saura plus ici :

http://sitamnesty.wordpress.com/2009/04/07/poitiers-le-minaret-de-la-mosquee-bande-sous-le-nez-des-habitants/

———————————————————-

(décidément, je ne pensais pas que la vidéo « OSS 117 » serait d’une si brûlante actualité:

https://lecheminsouslesbuis.wordpress.com/2008/10/31/oss-117-et-la-mosquee-de-poitiers/

parce que, même si l’imam affirmait au départ « le minaret ne servira que comme élément d’ornement et d’appel visuel » une « sonorisation », devrait donc maintenant, avantageusement remplacer le muezzin : merci pour les voisins…)

watchmen-les-gardiens-41715

vu hier au soir …

jubilatoire …. vraiment

….. très esthétique

… et une bande son très chouette …

pilon

Quand j’étais ado, j’étais un rat de bibliothèque … j’ai eu l’occasion de dire ailleurs que pour un boulimique de la lecture le choix, alors, ne manquait pas et qu’on trouvait beaucoup d’auteurs en format de poche, à des prix qui n’étaient pas rédhibitoires comme ceux d’aujourd’hui … Cependant, mes goûts étaient particuliers pour un gamin de 13 ans et je ne trouvais guère mon bonheur, donc, qu’à la bibliothèque qui se trouvait à cette époque dans un bâtiment élevé en 1900 dans un cadre très XVIIIe : tout en haut d’un vaste escalier, une grande pièce, très haute de plafond avec des rayonnages en bois remplis de bouquins reliés et un balcon étroit courant tout le long, à mi hauteur, du plus grand mur, sur lequel seuls les habitués osaient se risquer. Et baignées d’une odeur particulière que je n’ai pas oubliée (faite de l’essence même de la poussière, du papier, de la colle des reliures,du bois, du cuir et de l’encaustique) des grandes tables de bois massif cernées de meubles à tiroirs faits sur mesure, pleins de fiches-livres dans lesquels je me perdais des heures et entre lesquels on circulait sur la pointe des pieds. Aujourd’hui, « la bibli » est devenue « médiathèque François Mitterrand », les nouveaux locaux sont de vastes bâtiments neufs et construits selon la mode de leur temps, c’est à dire qu’ils sont moches et l’intérieur ne vaut guère mieux : des rayonnages copiés de Cultura ou des espaces Leclerc, plus de fiches mais des catalogues sur ordinateurs et un ensemble de vitres et halls de circulation qui ménagent de jolis courants d’air ou des poches caniculaires selon la saison…


J’ai retrouvé quelques carnets où je recopiais des citations. Ça fait toujours un petit pincement au coeur parce que ça remue des vieux souvenirs et que ça aide à mesurer le temps qui passe. Ça remet en mémoire aussi des titres et des auteurs de bouquins dont on croyait avoir oublié qu’on les a lus. Pour voir, comme ça, je me suis fait une petite liste de ceux dont j’avais relevé des phrases ou des commentaires et les ai recherchés dans le catalogue… en vain pour la plupart et personne pour me dire ce qu’ils ont bien pu devenir … pilonnés sans doute, faute de place (à la fin du déménagement il y avait eu un scandale parce qu’on avait retrouvé des bouquins reliés d’époque dans les bennes à ordures …) et j’aimerais autant que ce soit bien pour cette raison parce que autrement, il faudrait en conclure qu’on les a fait disparaître pour cause d’infréquentabilité et d’incorrection politique … ce qui n’est pas non plus impossible …


Les « Discours » de Julien sont encore empruntables, « de l’inégalité des races humaines » de Gobineau et le « Déclin de la grande race » de Madison Grant, apparemment consultables sur place. Ce dernier doit peut être sa survivance à Vacher de Lapouge qui en a fait l’introduction et qui est un enfant du pays (fonds régional …) En revanche l’ « Histoire de la Collaboration » de Saint Paulien, « de l’or, de la boue, du sang » d’Edouard Drumont, « la mission de la jeune génération » de Günter Gründel, « le romantisme fasciste » de Paul Sérant, « les Camelots du Roi » de Maurice Pujo, « l’Action Française » d’Eugen Weber et « contre l’amour, la jeunesse, la plèbe » de Robert Poulet ont disparu corps et biens… merde, si j’avais su, j’aurais du les piquer …

Entretien avec Boubaker El Hadj Amor, imam local, paru dans le journal La Nouvelle République, au sujet de la future mosquée de Poitiers

“ Une mosquée digne de ce nom doit avoir un minaret ”

> Aucune envie de choquer ou de heurter. « A l’origine, le minaret a une fonction d’appel à la prière. C’est un peu comme le clocher d’une église installé le plus haut possible pour être entendu par le maximum de personnes. Dans les pays musulmans, à une époque où la sonorisation n’existait pas, c’était pour faire monter la voix. Aujourd’hui, ne serait-ce que parce que nous n’avons aucune envie de choquer, de heurter, de montrer que l’on envahit, ou de faire réagir les plus extrémistes, le minaret ne servira que comme élément d’ornement et d’appel visuel. »

> Le minaret est un élément marquant. « Même si l’islam s’adapte à chaque pays et à son architecture, une mosquée digne de ce nom ne peut pas échapper à avoir un minaret. C’est un élément marquant. Celui de Poitiers fera 21-22 mètres, mais il comprendra une partie non visible puisque nous avons un terrain enterré de 7 à 8 mètres. En terme visuel, le minaret ne débordera pas du bâtiment d’une façon choquante ni provocante. »

> La mosquée ne sera pas un espace clos entre musulmans. « Ce que l’on espère dans un pays comme la France, c’est d’être présents dans la communauté nationale. C’est pour cela qu’il y aura aussi une bibliothèque, une salle de conférences et d’autres éléments. Tout cela dans le but de nous ouvrir sur la communauté nationale. La mosquée ne sera pas un espace clos entre musulmans. Nous espérons que, demain, chaque Poitevin aura l’envie d’aller une fois à la mosquée pour visiter, se renseigner sur l’islam ou la culture musulmane. »

tout cela à deux pas de chez moi …

un nouveau pas franchi dans l’offensive, qui ne m’inspire pas vraiment de commentaire … si ce n’est celui là :
http://www.youtube.com/watch?v=BcyKqaU5BP4&feature=related

(Assez ironiquement, est-il besoin de rappeler qu’en 1987, Philippe Randa écrivait « Poitiers demain », dont voici la quatrième de couverture :
« Après l’an 2000, la Troisième Guerre Mondiale embrase la terre. En quelques heures la France est ravagée, sa population décimée. Une fois la paix revenue, de petites communautés survivent, peureuses et désemparées dans un pays dévasté.
Ces communautés doivent se défendre contre les bêtes sauvages et, surtout, contre les bandes de pillards venues capturer des esclaves pour les marchés des grandes cités méditerranéennes où se sont installés les envahisseurs qui ont pour objectif la conquête de la France et de l’Europe.
Dans un petit village normand, un héros, Gautier, se lève pour faire face au danger. Il parviendra à force de courage et d’énergie à rassembler les dernières forces européennes et à les mobiliser contre l’ennemi venu du sud.
Pour en finir, les hommes du sud envoient une immense armée à la recherche des noyaux de résistance. Une formidable bataille va avoir lieu à Poitiers entre l’armée nouvelle que les Français ont mise sur pied et celle des envahisseurs, cinq fois plus nombreuse et mieux aguerrie. Le destin de l’Europe dépend du courage d’un petit nombre de ses fils »
.)

A mon avis, peu de gens savent que la statue de Jeanne d’Arc, dans le square des Cordeliers, derrière le palais de Justice à Poitiers, est l’oeuvre de Maxime Real del Sarte, camelot du Roi de la première heure.

Mouvement de jeunesse, rattaché à l’Action Française de Charles Maurras et présentant un idéal de jeunesse frondeuse et rebelle, les Camelots recrutaient bien au delà des cercles monarchistes. Ils prirent une part active dans les émeutes du 6 février 1934 et furent dissous avec d’autres ligues en 1936.

Si je me souviens bien d’un bouquin de Maurice Pujo que j’avais lu, étant môme, à la bibliothèque, Maxime Real del Sarte était un personnage truculent, haut en couleurs, toujours prêt à participer à des ventes de l’Action française mais aussi à des groupes de réflexion comme aux bagarres de rue. Le sculpteur, chef des Camelots du Roi, qui allait revenir de la guerre amputé de l’avant bras gauche, vouait un véritable culte à Jeanne d’Arc dont il dit « je fus toujours son serviteur ». Il s’illustra notamment lors de l’ « affaire Thalamas » du nom d’un professeur qui avait été autorisé à ouvrir en Sorbonne, un cours libre sur la « Pédagogie de l’Histoire » au cours duquel il affichait son désir de détruire le culte de Jeanne d’Arc qu’il appelait la « Jeannolâtrie ». Si ce n’est point Maxime qui fessa le professeur, les fesses à l’air, couché sur sa chaire (on savait vivre à cette époque …) il n’en prit pas moins part active à l’agitation suscitée par « l’Affaire », écopant même de quinze jours de prison pour « outrages à agents ».

pour me contacter

août 2019
L M M J V S D
« Fév    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

a

Des racines et des elfes

Tigialon uscas

Blog Stats

  • 1 280 709 hits
Publicités