You are currently browsing the tag archive for the ‘Rackham’ tag.

Dans leurs « efforts en faveur d’une culture longue et oubliée » (Goethe) les frères Grimm, linguistes et philologues, passèrent leur vie à collecter des contes de langue allemande. Wilhelm mourut le 16 décembre 1859 à Berlin.

« Malgré la christianisation visible dans certains contes, christianisation qui a par ailleurs obligé le paganisme à se réfugier dans ces petits récits populaires, les contes ont cependant conservé cette leçon essentielle : l’homme n’est pas seul sur terre. Il est environné de créatures invisibles, les landvaettir qui le forcent à aborder avec humilité et respect la nature. L’homme n’est pas au dessus de celle-ci. Il n’en est qu’un des éléments, parfois impuissant devant elle. Relire les contes de Grimm grâce à cet éclairage, c’est reconstruire son esprit en fonction d’une nature sacrée qui ne dispense ses bienfaits qu’à celui qui l’aborde avec sérénité mais aussi avec défiance. C’est aussi renouer avec l’esprit de nos ancêtres, dont l’honneur était bien supérieur au nôtre, c’est encore renouer avec l’amour de la nature et du Destin, c’est accepter que l’homme ne soit plus cet être matériel destructeur des ressources naturelles. C’est être baigné dans cette nature, c’est retrouver ses racines. »

Jérémie Benoit, Les origines mythologiques des contes de Grimm. Éditions du Porte-Glaive.

———————————————————————————————————

Publicités

« Nous avons perdu notre âme parce que nous avons perdu le sens des valeurs communes qui formaient l’antique « sagesse » de nos peuples. Il nous faut faire revivre l’âme de Hyperboréens et « redéfinir » Dieu. car le sacré ne se trouve pas hors de nous, mais en nous. Car Dieu n’est pas du Ciel, mais de la Terre. Car il ne nous attend pas après la mort, mais nous offre la création de la vie. Dieu n’est pas surnaturel et il n’est pas transcendant. Il est au contraire la Nature et la Vie. Il est dans le soleil et dans les étoiles, dans le jour et dans la nuit, dans les arbres et dans les flots. Dieu nait avec les fleurs et meurt avec les feuilles. Dieu respire avec le vent et nous parle dans le silence de la nuit. Il est l’aurore et le crépuscule. Et la brume. Et l’orage.

Dieu s’incarne dans la Nature. la Nature s’épanouit sur la Terre. La terre se perpétue dans le Sang.

Nous savons, depuis Héraclite, que la vie est un combat et que la paix n’est que la mort. Notre religion se veut d’abord culte des héros, des guerriers et des athlètes. Nous célébrons, depuis les Grecs, les hommes différents et inégaux. Notre monde est celui du combat et du choix, non celui de l’égalité. L’univers n’est pas une fin mais un ordre. La nature diversifie, sépare, hiérarchise. L’individu, libre et volontaire devient le centre du monde. Sa plus grande vertu reste l’orgueil -péché suprême pour la religion étrangère. Dans notre conception tragique de la vie, la lutte devient la loi suprême. Est un homme véritable celui qui s’attaque à des entreprises démesurées. Une même ligne de crêtes unit Prométhée à Siegfried. »

Jean Mabire, Thulé, le soleil retrouvé des Hyperboréens. Robert Laffont.

————————————————————————————————–

pour me contacter

juin 2019
L M M J V S D
« Fév    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

a

Des racines et des elfes

Tigialon uscas

Blog Stats

  • 1 276 111 hits
Publicités