You are currently browsing the tag archive for the ‘Révolution française’ tag.

« De mai à juillet 1789, constate Jean Tulard [« Histoire et dictionnaire de la Révolution française »] la Révolution bascule dans la violence. Le dérapage dans le sang ne date pas de 1792 mais de l’été 89 ». L’effondrement de l’autorité et les difficultés d’approvisionnement de la capitale (la récolte de 1788 a été catastrophique) provoquent une atmosphère tendue. Très vite, la situation vire à l’émeute.

Le 14 juillet, contrairement à la légende des manuels, la Bastille n’est pas prise par une foule spontanément mobilisée. L’opération est menée par une bande d’agitateurs à la recherche de fusils et de munitions, entrés par la porte que leur a ouverte le gouverneur Launay. En guise de remerciement, celui-ci est assassiné. De la vieille forteresse -que l’administration royale voulait déjà démolir- sont extraits, en fait de victimes de l’absolutisme, sept prisonniers : quatre faussaires, un libertin et deux fous. La légende a fait de cette péripétie un haut fait d’armes. »

Jean Sévillia, Historiquement correct. Perrin.

————————————————————————————————-

Publicités

« Je crache sur la Russie » disait Lénine. C’était vrai pour les autres aussi. Les vainqueurs de la révolution [de 1917] ne se sentaient pas Russes, n’aimaient pas le peuple russe, et ils ne tardèrent pas à le lui prouver. C’étaient avant tout des intellectuels qui avaient une vision théorique et abstraite de la révolution. Et qui admiraient par dessus tout la révolution française, référence absolue, qu’ils connaissaient bien pour avoir vécu à plusieurs reprises en exil à Paris.

Les analogies ne manquent pas d’ailleurs entre les deux révolutions : toutes deux menées par une minorité au nom du peuple, elles se sont toutes deux accompagnées de terreur comme moyen de gouvernement -une terreur destinée dans les deux cas à « régénérer » l’humanité en éliminant les nuisibles-, elles se sont toutes deux réclamées des droits de l’homme pour mieux les violer systématiquement, elles ont toutes deux espéré propager l’incendie aux pays voisins, elles ont toutes deux massacré leurs rois pour, du passé, faire table rase et construire un ordre nouveau.

Et enfin, elles ont toutes deux été favorables aux juifs : la révolution française les a émancipés en 1791, la révolution bolchevique a interdit l’antisémitisme sous peine de mort dès 1918.

On peut même affirmer que la révolution bolchevique est l’enfant monstrueux et abouti de la révolution française. Et que c’est là la vraie raison pour laquelle le régime qu’elle a engendré continue à bénéficier, encore aujourd’hui, malgré ses crimes et ses faillites, d’une secrète tendresse et d’une coupable indulgence de la part de ceux qui, en France, n’ont pas eu à le subir.

 

Anne Kling, La France LICRAtisée.

—————————————————————————————————-

 

pour me contacter

août 2019
L M M J V S D
« Fév    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

a

Des racines et des elfes

Tigialon uscas

Blog Stats

  • 1 280 682 hits
Publicités