You are currently browsing the tag archive for the ‘Yann Brékilien’ tag.

23 janvier -52. Date à laquelle on situe le massacre des Romains de Cenabum (Orléans) par les révoltés gaulois qui fut l’élément déclencheur de la Guerre des Gaules.

gaulois à Cenabum

« Anipa (…) prit la rue par laquelle elle avait vu partir le cortège des insurgés. C’était celle qui menait au quartier résidentiel où les riches commerçants romains s’étaient fait construire des maisons de pierre blanche. Quand elle y parvint la dévastation était achevée. Des familles de notabilités de l’import-export il ne restait plus que des corps sans vie. A l’appel de Cotuatos et de Conconnétodumnos, les émeutiers se regroupaient sur la place, devant la demeure de l’intendant Fufius Cita. Anipa avisa une échelle appuyée contre le pignon de la maison d’un charpentier et y grimpa pour dominer la scène. Elle était horrifiée mais sa curiosité était plus forte que son horreur.

Les portes de bronze du luxueux hôtel de l’intendant étaient closes. Une équipe de guerriers vint quérir un énorme madrier dans l’atelier du charpentier, et s’en servit comme bélier. Dès que les battants cédèrent , une horde hurlante se rua dans le bâtiment. Un moment s’écoula. L’homme de confiance de César devait s’être caché et bien caché. Enfin découvert, il apparut dans l’embrasure de ce qui avait été la porte, encadré de guerriers qui le tenaient par les bras et le poussaient de la pointe de leurs glaives. Il était vert de peur. Le grand druide s’avança vers lui.

Caius Fufius Cita, nous t’accusons d’avoir dépouillé notre peuple …….»

Yann Brekilien. La louve et le sanglier. Éditions du Rocher.

***************

Un tel sursaut (mais on cherche encore notre Vercingétorix) ne nous ferait pas de mal aujourd’hui puisque, si ce ne sont pas des Romains, nous ne manquons pas d’occupants ; et j’en vois beaucoup, sans aller chercher loin auxquels on pourrait  bien faire subir le même sort qu’à Fufius Cita…

————————————————————————————–

Publicités

Dans leurs « Éphémérides nationalistes », Emmanuel Ratier et Patrick Parment donnent aujourd’hui comme date anniversaire du signal général de la révolte des Gaulois de Vercingétorix, en -52, contre les envahisseurs Romains, par le massacre de commerçants étrangers à Cenabum (Orléans).

« Elle entrebâilla la porte et vit arriver du bout de la rue une foule de guerriers agitant leurs armes en l’air en criant : « Mort aux Romains ! » A leur tête marchait d’un pas lent et calme le grand druide Cotuatos, revêtu comme pour une procession de sa tunique blanche brodée d’argent et son long manteau, mais tenant une lance à la main, et, un peu en retrait, l’épée nue, le grand chef des Carnutes, le colosse aux farouches moustaches rouges, Conconnétodumnos. On reconnaissait dans la troupe vociférante les guerriers de son clan, désignés par leurs tuniques ocre quadrillées de vert et de brun, ceux de Catuviros aux vêtements rayés de rouge et de bleu, ceux d’Uronertos, en damier jaune et noir, de Suvritus, de Vellaunos. Il y en avait d’autres qu’Anipa n’identifiait pas. Elle ouvrit la porte toute grande et invita le reste de la famille à la rejoindre sur le seuil.

– Mort aux Romains ! Leur cria un des hommes de Conconnétodumnos qui passait devant eux.

– Mort aux Romains ! Répondirent-ils d’une seule voix. »

Yann Brekilien, La louve et le sanglier. Éditions du Rocher.

… et si on remettait ça ? Bon, sans les Romains cette fois, mais on n’aurait aucun mal à trouver quelques envahisseurs, non ? … après tout, on peut rêver…

——————————————————————————————————-

Sénèque est mort le 12 avril 65.

Il y a quelques années, les éditeurs avaient lancé la mode des recueils « de Sagesse ». Sagesse amérindienne, sagesse orientale, sagesse des Troubadours, j’en passe et des meilleurs … à se demander comment les gens ont pu rester aussi cons … Dans la sagesse antique, c’est probablement Sénèque qui occupait la meilleure place, avec ses traités philosophiques comme De la colère, Sur la vie heureuse ( De Vita beata) ou De la brièveté de la vie (De Brevitate vitæ), et surtout ses Lettres à Lucilius . On a tendance à oublier pourtant que ce philosophe stoïcien pour qui « Le souverain bien c’est une âme qui méprise les événements extérieurs et se réjouit par la vertu », était fabuleusement riche : assurément une drole de façon de mépriser les évènements extérieurs… Et c’est sans doute dans le but de se réjouir par la vertu qu’il prêta de force 10 millions de drachmes aux principaux chefs bretons qui n’en voulaient pas, et leur réclama tout d’un coup le remboursement avec des intérêts usuraires: « Il obtint des autorités romaines qu’elles usassent de sévices pour faire payer les Bretons et ce fut une cause de la révolte icène » (Yann Brékilien, La reine sauvage) et de l’épopée de la reine Boudicca.

———————————————————————————————

pour me contacter

mai 2019
L M M J V S D
« Fév    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

a

Des racines et des elfes

Tigialon uscas

Blog Stats

  • 1 273 393 hits
Publicités