Singe-en-Hiver-du-debut

« L’humour me parait, en effet, une qualité indispensable au Sudiste, bien qu’il ne figure pas parmi les vertus du parfait Samouraï. C’est même par l’humour qu’on est vraiment Sudiste. Cela corrige les claquements de talon, les certitudes dans les convictions, l’agressivité sans nuances, rhumatismes qui menacent toujours les combattants de première ligne. Cette disposition prévient les faux mouvements, même en politique. Que de fautes lourdes auraient évitées les grands régimes d’autorité du XXe siècle si leurs proconsuls s’étaient quelquefois moqués de leur propre majesté. Les « chefs » que j’aime, je les aime râblés et se souvenant de cette parole de Montaigne que, sur les plus hauts trônes du monde, les rois ne sont encore assis que sur leur cul ».

Cet humour  est encore un moyen de défense. Il protège le Sudiste contre les empiétements des idéologies, contre les vexations des gens en place, contre les malheurs qui ne viennent que de la vanité. C’est un palladium universel contre tous les produits de la sottise, il permet même de passer indemne à travers les épreuves de la persécution, du moins celles qui ne dépassent pas le calibre usuel. Cette gaieté des Sudistes les rend presque invulnérables, quand elle repose sur une juste appréciation des biens véritables, direction de l’imagination dans laquelle on retrouve leur fond stoïque. Non seulement ils ne font pas les importants, mais ils n’admettent pas qu’on le soit. C’est une insolence contre laquelle il n’y a pas grand chose à faire et qui décontenance les cuistres.

Les nuances de l’humour sudiste sont nombreuses et elles sont toutes recommandables. On trouve assurément de grands profits de l’humour sur soi : il met à l’abri des airs de tête, des profils avantageux, et il a le privilège de conserver la fraîcheur du teint. On s’en trouvera bien en cas de succès : il arrête, ou, du moins, suspend la décrépitude provoquée par les louanges. Employé plus généralement comme antispasmodique ou fortifiant, l’humour sur toute chose donne de bons résultats. Il a été utilisé avec bonheur en littérature où la seule apparition de Roger Nimier et d’Antoine Blondin, de Marcel Aymé ou de Jean Anouilh, a suffi pour donner des tons verdâtres et une odeur de moisi aux objets idéologiques exposés dans la vitrine de la brocante littéraire. Nous autres, Gibelins, nous sommes en ce temps-ci des « singes en hiver » : l’humour est le rayon de soleil sous lequel nous nous étirons. »

Maurice Bardèche. Sparte et les Sudistes. Les sept couleurs.

————————————————————————————–

Publicités