You are currently browsing the monthly archive for janvier 2008.

(mercredi 30 janvier 2008)

Au moins une fois par jour, je promène Pipo sur le parking de Géant Casino et presque à chaque fois, je suis sidéré par la saleté des gens et leur sans gène absolu. Car il faut dire qu’un McDo jouxte la grande surface et que l’on passe aisément d’un parking à l’autre. Je ne sais pas s’il s’écoule une journée sans qu’un sac McDo soit abandonné n’importe où . Pourtant il y a plein de poubelles , poubelles du Géant comme poubelles du McDo mais non, c’est trop compliqué pour ces obtus du citron de comprendre que c’est là, dans ces poubelles qu’ils devraient abandonner leurs reliefs de bouffe…c’est surtout trop fatigant de se bouger le cul pour faire 20 mètres de plus, parce que je suis sur qu’il n’y a pas un seul point sur ce parking qui soit à plus de 20 mètres d’une poubelle … et généralement c’est pas un sac bien rempli et bien rangé dans un coin qu’ils abandonnent ces gougniafiers, c’est le sac en plein milieu du bitume et tous les restes éparpillés autour, parce que c’est même trop fatigant pour eux, ces cloportes, de les mettre DANS le sac … Chaque fois ça me met dans des rognes épouvantables et puis, faut faire gaffe à ce que Pipo ne chope pas un bout d’os de poulet, une ou deux expériences ont suffi, il a vite compris qu’il fallait faire vite et profiter de ce que je ne regardais pas, alors je regarde tout le temps et au lieu de profiter des zoziaux qui chantent à qui mieux mieux un peu partout dans les branches, ou de regarder les gens que je croise, ou de cligner des yeux face au soleil, ou d’offrir mon visage à la pluie j’ai le regard continuellement rivé à terre pour surprendre le petit bout d’os qui pourrait tenter Pipo, ou la frite (moins dangereuse) ou le morceau de cheese burger…Donc, quasiment chaque jour je pique une rogne sur ces sales cons (et pas que des jeunes, hein… des adultes aussi, ces dégueulasses !!!) et à chaque fois, ça me rappelle cette pauvre N. qui disait un jour que pour les déchets genre triple emballage elle épluchait ses course au sortir du super marché et laissait cette merde sur le parking. Et quand quelqu’un lui faisait une remarque elle l’encourageait à faire la même chose en lui expliquant qu’elle faisait ça par « préoccupation écologique »: « quand ça leur coutera trop cher de faire nettoyer leur parking, les supermarchés diront à leurs fournisseurs de réduire les emballages ».
On croit rêver !!! moi quand je promène Pipo, je les vois les mecs qui ramassent les déchets, tranquilles qu’ils sont ,enfin je devrais plutot dire « il » parce qu’il y en a qu’un et on n’a pas vraiment l’impression que ce soit sa préoccupation majeure … des déchets, je peux le voir il y en a plein qui restent d’une semaine sur l’autre … et avec le vent qui en emporte une bonne partie dans les broussailles (où ne va JAMAIS le mec qui ramasse) c’est vraiment dégueulasse … alors si pour satisfaire une « préoccupation écologique » on doit contribuer à ça … non merci … c’est comme si on tuait un bébé phoque pour condamner les massacres de bébés phoques ou qu’on abattait plein d’arbres pour attirer l’attention sur la déforestation … vous me direz, des éco-warriors, il y en a qui s’arrêteraient pas à ce genre d’objection ou d’empêchement moral tant pour certains apprentis terroristes la fin justifie les moyens … alors quand, en plus la fin programmée, c’est une « dictature écologique » (oui, oui, j’ai entendu ce genre de connerie !!!…) on peut s’attendre à tout … Un tel raisonnement par l’absurde, ça peut être amusant dans un film, ou dans un bouquin (les anglais sont très forts dans le « non sense »), en pratique, au mieux c’est dégueulasse, au pire, dangereux, mais de toute manière inconséquent … et poussé à l’extrême c’est la porte ouverte à toutes les fenêtres …
Parce qu’en définitive, ce sont les industriels qui emballent leurs produits, les commerces, les grandes surfaces ou autres n’ont rien à y voir et je les vois franchement pas demander à leurs fournisseurs de réduire leurs emballages et diminuer ainsi l’élément d’appel (parce qu’il faut pas se faire d’illusions ce sont les produits emballés de la manière la plus clinquante que le client choisit le plus souvent) … donc c’est se tromper de cible à mon avis … et d’ailleurs, Béa a raison, ce serait beaucoup plus spectaculaire et exemplaire de laisser tous les emballages en bout de caisse après avoir payé … sans contribuer ainsi à la merde ambiante…

Si le chevreuil se présente à vous, cela signifie:
Vous avez vécu une expérience négative et porteuse d’agressivité, et vous ressentez le besoin de vous retrouver dans un environnement rassurant et réconfortant.
Vous devez plus que jamais vous fier à votre intuition.
Vous êtes parti pour une aventure passionnante qui vous mènera sur différents chemins et qui vous permettra de faire des découvertes importantes.
Faites preuve de douceur avec les autres et avec vous même.

Si le chevreuil est votre animal de pouvoir:
Votre personnalité est un mélange de caractéristiques masculines comme le contrôle, l’autorité, et la protection, et de caractéristiques féminines comme l’amour, l’attention et l’abandon mais vous vous sentez néanmoins plus proche des particularités propres à votre sexe.
Vous êtes très sensible et intuitif, ce qui vous permet souvent de savoir ce que les autres ressentent avant même qu’ils en aient pris conscience.
Vous évoluez avec volonté, conscience et vivacité, et vous pouvez changer de direction répidement tout en restant complètement centré sur vous-même.
C’est à l’extérieur que vous vous sentez le plus à l’aise, particulièrement dans les bois ou dans une forêt, et vous avez besoin de vous y retrouver régulièrement pour refaire le plein d’énergie.
(Steven D. Farmer : »L’Esprit-Guide de l’Animal »)

chevreuil-poortvliet-082-sun.jpg

(Rien Poortvliet)

Le Chevreuil serait-il mon animal de pouvoir ? dans ce cas, puisse-t-il m’apporter la légèreté

 

extraits de deux chants chamaniques navajos, rituel du vent :
j’avancerai dans la beauté j’avancerai dans la beauté
beauté devant moi beauté derrière moi
beauté au-dessus et en dessous de moi beauté tout autour
dans mon vieil âge je veux marcher sur un chemin de beauté
tout finira dans la clarté tout finira dans la clarté
bonheur devant moi bonheur derrière moi
bonheur au-dessus et en dessous de moi bonheur tout autour
dans mon vieil âge je veux marcher sur un chemin de clarté

the voice that beautifies the land the voice above
the voice of thunder within the dark cloud again and again it sounds
the voice that beautifies the land

the voice that beautifies the land the voice below
the grasshopper among the plants again and again it sounds
the voice that beautifies the land

_______________________________________________

Extrait du Kledzé Hatal ou « Nuit des Chants » des indiens Navajos :
sur la piste marquée de pollen fasse que je marche
avec des sauterelles à mes pieds  fasse que je marche
avec la rosée à mes pieds fasse que je marche
avec la beauté fasse que je marche

la beauté devant moi fasse que je marche
la beauté derrière moi fasse que je marche
la beauté au-dessous de moi fasse que je marche
la beauté au-dessus de moi  fasse que je marche
la beauté tout autour de moi fasse que je marche

dans le vieil âge errant sur la piste de la beauté avec un sentiment de vie fasse que je marche
dans le vieil âge errant sur la piste de la beauté à nouveau vivant fasse que je marche
accompli dans la beauté
accompli dans la beauté

(samedi 26 janvier 2008)

J’ai retrouvé un « cahier de développement personnel » que je tenais il y a une bonne dizaine d’années. Je suis un peu étonné, en le feuilletant de retrouver des exercices que j’avais fait mais dont j’avais complètement perdu le souvenir … Celui ci par exemple, tiré, semble-t-il, d’un livre d’Isabelle Filliozat, « Trouver son propre chemin ».. Il s’agissait de décrire un objet, de l’intérieur.

Je suis une gomme. je suis de couleur blanche, d’une texture élastique et douce. Je suis normalement de forme rectangulaire avec des angles nets, mais comme je suis régulièrement utilisée, une de mes extrémités est arrondie et noircie. Je sers à effacer des erreurs ou des fautes ou des choses inutiles ou que je veux cacher, écrites au crayon de papier. Pour rester propre je suis entourée d’une bague de papier cartonné. Je m’use quand on m’utilise car quand on me frotte sur le papier, les marques tracées au crayon s’en vont mais des particules de moi tombent aussi. Je ne suis pas capable d’effacer le stylo à bille ou l’encre.

Il fallait ensuite faire une association entre cette description et ma vie : pour ne pas être sali par l’extérieur, je suis habillé, je porte des vêtements. Au départ j’étais neuf mais les erreurs et les fautes de la vie émoussent et salissent ce qui est trop exposé. Les angles s’arrondissent : je compose, je m’adapte. Je ne sais pas tout faire, je suis assez spécialisé, et même limité.

Si je m’identifie à un objet que j’aime: je suis bien, je me sens beau, aimé. Je suis regardé avec amour, touché, caressé avec tendresse. Je suis mis en relief, sorti du lot.

Si je m’identifie à un objet que je n’aime pas particulièrement : ma seule raison d’être est d’être utile, servir à quelque chose, ou alors on me garde sans oser me jeter peut être parce que j’ai été offert.. En tout état de cause, je ne suis pas exposé aux regards, je peux même être dans le fond d’un tiroir. Quand on me touche, ce n’est pas avec tendresse mais avec parfois une certaine brutalité ou au moins une totale indifférence. Et si je suis coupant, on se méfie de moi comme si je pouvais de moi même faire du mal.

Caractéristiques positives de l’objet que je n’aime pas :
Si c’est un cadeau qu’on n’ose pas jeter, c’est parce que celui (celle) qui me l’a offert est quelqu’un qui compte pour moi, d’une manière ou d’une autre. Il est donc chargé d’une certaine signification, sentimentale ou autre. Même s’il n’est pas joli, il peut être amusant, ou bien fait. Et d’ailleurs si je le changeais d’environnement et le regardais sous un autre angle, il deviendrait peut être plus beau.
Si c’est quelque chose d’utile, l’objet à la beauté de son utilité. Il a sa place. Sans lui je ressentirais peut être une sorte de manque. Je n’ai pas de raison de le regarder avec méfiance, c’est de moi qu’il faut que je me méfie, c’est à moi de faire attention à ce que je fais et comment je le fais pour ne pas me blesser avec.

Réaction de l’objet : même si je ne suis pas (encore) devenu un bel objet, du moins, me regarde-t-on avec un certain respect. On a conscience de mon utilité, je ne suis plus brutalisé, il ne s’en faudrait peut être pas de beaucoup pour qu’on me bichonne. Je ne suis plus relegué au rebut, on me place dans un environnement qui me convient. J’ai ma place dans cet univers. Je suis (presque) heureux.

Un objet que je n’aime pas:
Je suis un téléphone (tiens, je n’aimais pas les téléphones ???). Pas très beau mais fonctionnel. J’ai été étudié pour qu’on puisse m’utiliser facilement : je loge dans une main, à un bout on parle, à l’autre on écoute. Sur ma poitrine, j’ai des boutons et pour me faire marcher, pour que je fasse mon office, il suffit d’appuyer sur ces boutons. Je suis utile, je permets de communiquer : pendant des lustres, je n’ai pas existé, mais maintenant on ne pourrait plus se passer de moi. On peut même me transporter et se servir de moi à quelqu’endroit qu’on se trouve. Un seul inconvénient : qu’on me débranche ou qu’on oublie de me recharger (j’ai une faible autonomie) et je ne marche plus. Je suis la plupart du temps silencieux mais de temps en temps je me mets à pousser des cris stridents.

Il fallait voir en quoi cet objet tel que décrit me renvoyait à des aspects de moi ou de la vie que je n’acceptais pas … j’avais écrit: « sans commentaires !!!… »

La leçon à retenir:
Qu’est-ce qui détermine nos perceptions ? notre vécu, notre état psychique du moment nous rendent plus réceptifs, plus sensibles à un aspect ou à un autre.
Chacun sélectionne dans la myriade d’infos que nous envoie un objet, celles qui sont signifiantes pour nous, c’est à dire en fait celles qui résonnent avec ce qu’on vit en cet instant =====> apprendre à regarder les choses d’un autre oeil, s’exercer à modifier ses perceptions.
On peut aussi se demander, quand quelque chose ne nous plait pas pourquoi il ne nous plait pas. C’est une bonne façon d’apprendre à se connaitre.

Il est souvent difficile de faire un choix judicieux quand il s’agit d’adopter un dieu tutélaire mais pour éviter cette difficulté, on peut s’adresser à son Dieu tutélaire de Naissance : dieu tutélaire de notre signe astrologique, ou dieu tutélaire de notre planète de naissance, ou encore dieu tutélaire du décan de notre signe de naissance. Enfin, il faut considérer le dieu Maitre des heures.
Lorsqu’un des dieux figure plusieurs fois parmi les quatre noms, il est incontestablement notre dieu tutélaire et doit être choisi pour nous accompagner toute notre vie. Lorsque les quatre noms sont différents, on les considérera tous les quatre avec une préférence pour le Maitre des heures, puis celui du jour de la naissance, suivi du Maitre du décan et enfin du Maitre du signe astrologique.
Quand il s’agira d’obtenir une aide divine on s’adressera d’abord à son dieu Tutélaire, à défaut de l’un des dieux concernés, sachant que chacun d’eux a son « champ » d’action particulier, excepté Lugus qui, en tant que polytechnicien, est efficace en tout domaine. Pour cela on invoquera l’un des dieux au jour et à l’heure voulu (par exemple Lugus le mercredi entre 7 et 8 h. du matin -voir le tableau des jours et des heures)
Si le temps presse, on se bornera à invoquer le dieu des heures dans son domaine particulier.

Fondement métaphysique des dieux tutélaires

Il y a l’Absolu dont la substance propre (l’Abîme, le Khaos des anciens grecs) est un chaos total, sans forme, sans conditionnement …
et puis,il y a donc cet Absolu qui, en lui même, ouvre une étendue où sa substance est « espacée » c’est à dire installée dans un espace (donc contenue dans une forme conditionnée)
il y a en ce lieu une puissance indistincte, de nature « féminine »: la Mère des mondes et des dieux, la Nwyre des Celtes, la Gaïa des Grecs.
il y a en elle « l’embryon d’or » qui se met à l’oeuvre et organise le chaos espacé, selon les archétypes dont il est porteur.
On peut illustrer cela par le symbolisme de l’oeuf dont la substance interne (analogie avec les « eaux primordiales ») est riche de toutes les possibilités de développement. En lui commence à s’agiter un embryon minuscule qui met en ORDRE le Chaos liquide primordial. Peu à peu il va ordonner toute la substance de l’oeuf, produisant ici un poussin, et là un univers…
Dans le cas d’un Univers, les lois sont d’abord définies, ensuite les « Forces » seront déployées, lorsque le chaos sera devenu ordre, les dieux seront engendrés par la substance mère et l’embryon père (voir le symbolisme du Yin et du Yang). D’abord les dieux solaires, puis les dieux planétaires, enfin les dieux « Artisans ».
La plupart des Traditions admettent 7 dieux planétaires et solaires et 3 dieux artisans principaux, donc avec 1 Déesse Mère et 1 Dieu Père, ça nous fait 12 dieux principaux.
C’est le schéma général de la structure de l’Univers reconnue par les indo-européens, notamment les Grecs, les Indo-iraniens, les Germano-nordiques et les Celtes.

Cette structure est visible dans les sciences et la nature et rejaillit sur les structures socio culturelles des civilisations, marquant notamment profondément l’Astrologie et l’Astronomie que ne différenciaient pas vraiment, semble-t-il nos ancêtre Celtes.
Les dieux tutélaires (qui sont devenus par la suite des anges ou des génies suivant le monothéisme considéré) personnifient et allégorisent des énergies spirituelles et des Forces de l’Univers bien précises, et la reconstitution d’une Tradition Celtique les concernant ne semble donc pas abusive si on considère qu’elle est conforme aux connaissances antique des peuples européens et que les « fonctions » des dieux nous sont bien connues.
tablette-grand.jpg En ce qui concerne les signes astrologiques et leurs trois décans, la découverte à Grand, important sanctuaire des eaux dédié à l’Apollon gaulois, Apollon Grannus, dieu guérisseur et oraculaire, de tablettes zodiacales en ivoire d’origine egyptienne et qui constituaient l’outil de travail d’ un mage versé dans la divination astrologique montre que ce Zodiaque n’était guère différent de celui des autres peuples, qu’il avait cours en Gaule ou qu’au moins il y était connu. Il n’y a donc rien d’abusif à réutiliser la métaphysique de l’Astrologie qui, quasiment inchangée, a traversée les millénaires.. Comme la symbolique des dieux journaliers associée aux planètes (dimanche: soleil, Bélénos) reste la même.

Ce qui nous donne donc:

Déesse mère primordiale : Ana ou Dana (l’Ether)
Dieu père primordial : Dagodévos, Eochaid Ollathir (le Démiurge)
Dieu ancien planétaire : Cernunnos, Nycturos (Saturne)
Dieu ancien planétaire : Taranis, Tuireann (Jupiter)
Dieu ancien planétaire : Ogmios, Ogma (Mars)
Dieu solaire : Bélénos, Maponos (le grand fils, le soleil)
Déesse solaire et planétaire : Bélisama (Vénus)
Dieu stellaire : Lugus, Lleu Llaw Gyffes (Mercure)
Déesse lunaire : Sirona, Divona (Lune)
Dieu artisan; forgeron des dieux : Gobanon (dieu du magma et des minéraux)
Second dieu artisan; jardinier des dieux : Amaethon (dieu de l’agriculture et des végétaux)
Troisième dieu artisan; le savant des dieux : Uidon, Gwyddyon (dieu de la connaissance, prototype de l’homme « parfait »)

(Les dieux artisans ont pour mission de transmuter alchimiquement les 3 Règnes de le Nature primitive : Gobanon, le Minéral en diamant et en or, Amaethon le Végétal en gui et en chêne et Uidon, l’Animal en homme réalisé.)

DIEUX TUTELAIRES DES SIGNES FIXES :
=================================
Scorpion : du 23 octobre au 22 novembre : RIGANTONA
Sagittaire : du 23 novmebre au 21 décembre : SMERTRIOS
Capricorne : du 22 décembre au 19 janvier : TALENTIO
Verseau : du 20 janvier au 18 février : BRIGANTIA
Poissons : du 19 février au 20 mars : NANTOSUELTA
Bélier : du 21 mars au 20 avril : CAMULOS
Taureau : du 21 avril au 20 mai : BOVINDA
Gémeaux : du 21 mai au 21 juin : MAPONOS
Cancer : du 22 juin au 22 juillet : ESKIOS
Lion : du 23 juillet au 22 août : NODONS
Vierge : du 23 août au 22 septembre : EPONA
Balance : du 23 septembre au 22 octobre : ESUS

DIEUX TUTELAIRES DES PLANETES ET DES JOURS :
==========================================
SIRONA : Lune – Lundi
OGMIOS : Mars -Mardi
LUGUS : Mercure – Mercredi
TARANIS : Jupiter – Jeudi
BELISAMA : Vénus – Vendredi
CERNUNNOS : Saturne – Samedi
BELENOS : Soleil – Dimanche

DIEUX TUTELAIRES DES DECANS :
============================
GOBANON : le Forgeron des dieux = 1er décan
AMAETHON : le Jardinier des dieux = 2ème décan
GWYDDYON : le Savant des dieux = 3ème décan

LES MAITRES DES HEURES :
=======================
Minuit à 1 h = Ana. 1 h à 2 h = Dagodévos. 2 h à 3 h = Cernunnos. 3 h à 4 h = Taranis. 4 h à 5 h = Ogmios. 5 h à 6 h = Bélénos. 6 h à 7 h = Bélisama. 7 h à 8 h = Lugus. 8 h à 9 h = Sirona. 9 h à 10 h = Gobanon. 1O h à 11 h = Amaéthon. 11 h à 12 h = Gwyddyon.
Midi à 13 h = Rigantona. 13 h à 14 h = Smertrios. 14 h à 15 h = Talentio. 15 h à 16 h = Brigantia. 16 h à 17 h = Nantosuelta. 17 h à 18 h = Camulos. 18 h à 19 h = Bovinda. 19 h à 20 h = Maponos. 20 h à 21 h = Eskios. 21 h à 22 h = Nodons. 22 h à 23 h = Epona. 23 h à Minuit : Esus.

FONCTIONS DES DIEUX :
====================
ANADANA : les problèmes maternels, la protection post-mortem.
DAGODEVOS : les problèmes de chef de famille, fécondité masculine.
CERNUNNOS : obtention de richesses et des faveurs de la Nature.
TARANIS : protection contre l’injustice et les cataclysmes.
OGMIOS : pour la victoire, l’éloquence et le savoir.
BELENOS : favorise les beaux arts, la santé et la connaissance.
BELISAMA : la beauté féminine, la grâce et le comportement.
LUGUS : à invoquer en toute circonstance, dieu polyvalent.
SIRONA : pour les problèmes d’instabilité d’humeur, d’instinctivité agressive.
GOBANON : la guérison des blessures, la réussite matérielle, les arts manuels.
AMAETHON : pour les problèmes agricoles ou liés à la nature.
GWYDDYON : à invoquer pour réussir ses études, obtenir le savoir.
RIGANTONA : pour obtenir la protection féminine, l’autorité matrimoniale.
SMERTRIOS : à invoquer pour se protéger de ses ennemis.
TALENTIO : pour conserver son territoire, ses biens, pour ses enfants.
BRIGANTIA : guérison des maladies, accouchement, l’intuition.
NANTOSUELTA : à invoquer pour la protection du foyer.
CAMULOS : pour obtenir la victoire dans les conflits.
BOVINDA : protectrice du bétail et du monde animal.
MAPONOS : pour les difficultés de filiation, les héritages.
ESKIOS : protection contre problèmes d’humeur, ou la stérilité
NODONS : la recherche du pouvoir ou la protection contre l’autoritarisme.
EPONA : pour obtenir l’abondance et la protection dans l’Autre Monde.
ESUS : à invoquer pour acquérir la force créatrice ou l’énergie nécessaire pour détruire ce qui est corrompu.

(cette étude est reprise et adaptée d’un article paru dans la revue Druvidia du Comsedon Druidiacta Litauos ou C.D.L.)

Je viens de terminer « la Chamane blanche  » d’Olga Kharitidi et je suis assez perplexe devant ce livre qui se présente comme une initiation au chamanisme. En fait, il s’agit, pour résumer, de l’histoire présentée comme autobiographique, d’une psychiatre russe qui, lors d’un voyage dans l’Altaï rencontre une chamane (on le verra à la fin, elle est peut être une déesse) qui provoque en elle des voyages mentaux dans d’autres dimensions, sortes de visions où elle rencontre un (des) guide(s)/maitre(s) porteurs de messages.
Ces messages concernent une antique civilisation (une Atlantide qui n’est pas l’Atlantide) qui se serait développée à l’extrémité de la Sibérie, et aurait été détruite par une catastrophe climatique. Les survivants se sont répandus sur terre, rayonnant à partir d’une cité mythique (qui n’est pas Shambala …), refuge des Grands Sages qui modèlent le monde, en emmenant avec eux La Vérité et en créant toutes les religions connues. Cette Vérité serait sur le point de s’épanouir à nouveau (oui, oui … aujourd’hui) et il dépendrait de nous de bien ou mal l’accueillir…
Alors que je m’attendais à apprendre des choses sur le chamanisme, ce qui m’a le plus intéressé, paradoxalement, c’est quand l’auteur ne parle justement pas de ce qui pour elle est le chamanisme, ou de ses expériences mystico-voyageuses, mais de son métier, psychiatre, et de ses malades, pour la plupart schizophrènes …Pour le reste c’est une nième version du roman New Ageux vaguement initiatique et qui délivre un message « spirituel » … il y a eu « Message des hommes vrais » de Marlo Morgan, il y a eu aussi « la Prophétie des Andes » de James Redfield, , « le Guerrier pacifique » de Dan Millman ou « César l’enchanteur » de Bernard Montaud , tous un peu du même genre que j’ai d’ailleurs préférés: celui ci je l’oublierai vite, les autres sont restés dans ma mémoire mais c’est peut être l’époque qui voulait ça…
ah si, quand même j’ai trouvé un petit passage intéressant qui traite des Esprits Jumeaux ( = guides intérieurs) qui seraient au nombre de sept: le Thérapeute, le Mage, l’Enseignant,le Messager, le Protecteur, le Guerrier et l’Exécuteur … je précise vite que c’est cette liste, en elle même, qui est intéressante parce que quand l’auteur dit « l’une de nos premières tâches est d’apprendre le nom de notre Esprit Jumeau, puis de nous intégrer pleinement à lui », je suis d’accord, mais quand elle ajoute: »de la sorte nous ne faisons plus qu’un avec notre but ultime », ça me laisse extrêmement dubitatif : ah bon ? on a un but ultime ? quelle prétention …
Pour être tout à fait honnête, je dois dire que ce livre est quand même beaucoup mieux écrit et beaucoup plus agréable à lire que « le Journal d’une apprentie chamane« , de Corine Sombrun, autre « initiation au chamanisme » et par ailleurs livre fort prisé dans les milieux païens, rédigé dans un style prétentieux, et dont les multiples monologues de l’auteur adressés à son ami mort sont tellement exaspérants que je n’ai pas pu en lire plus de trente pages …

croix-brigit-5.jpg La croix de Brighid est une tradition de la fête d’Imbolc . S’agit donc plus de trainer parce que c’est dans dix jours maintenant C’est un symbole de protection et de prospérité en ce début de printemps, moment des nouveaux départs …

Fournitures

* Roseaux, paille, environ une douzaine de longs brins d’herbes ou tiges de blé Il est conseillé de faire tremper tout ça dans de l’eau chaude pour ramollir les tiges

* 4 petits bouts de ficelle

croix-brigit1.gif Tenez un roseau verticalement et pliez-en un autre en deux au milieu du premier (pliez # 2 sur # 1).
croix-brigit2gif.gif Pliez un autre roseau par-dessus le second; il sera parallèle au premier (pliez # 3 sur # 2).
croix-brigit-3.gif Pliez un autre roseau par-dessus le premier et le troisième; il sera parallèle au deuxième (pliez # 4 sur # 3).
croix-brigit-4.gif Continuez de travailler en rond (pliez # 4 sur # 3, le # 5 sur le # 4, et ainsi de suite), jusqu’à ce que tous les roseaux soient utilisés, ou suffisamment pour que le centre, tissé en forme de croix, ait un tiers du diamètre des tiges. Tenez les roseaux délicatement et attachez les pointes avec une ficelle pour que la croix ne se défasse pas.

(j’ai pris la démonstration sur la page personnelle « artisanat pour tous »)

clairiere2bis.jpg

J’aime pas Gainsbourg…. je trouve ça nul, ça me fait toujours bondir quand on dit devant moi qu’il a du génie … du génie Gainsbourg ? au début, ouais, c’était plutôt pas mal, peut être, « la Javanaise », « le poinçonneur des Lilas », quelques autres sans doute… mais après … les seules belles mélodies c’est des trucs qu’il pique dans la musique classique et ses chansons, genre « no comment », « sea, sex and sun » je trouve que c’est carrément de la merde, ultra facile, provocation à deux balles …. à son image d’ailleurs parce que quant à la grandeur d’âme du personnage et à son « humanisme »… j’ai jamais oublié une émission de télé où il était bourré (pour accréditer son image de marque comme d’hab ) et insultait laborieusement Catherine Ringer des Rita Mitsouko…, sans doute pour se venger de leur talent, la traitant de « putain » parce qu’étant jeune elle avait tourné dans des pornos pour bouffer … p… (c’est le cas de dire) quand ce mec pelotait des femmes en public (je me souviens aussi de Catherine Deneuve), quelle haleine épouvantable il devait avoir …

« Nous sommes les sorciers.  Quand l’homme apparut, nous étions là. Nous avons chanté les premières berceuses. Nous avons soigné les premières blessures. Nous avons calmé les premières terreurs. Nous étions ceux qui veillaient dans la pénombre. Les grottes ornées des Pyrénées se souviennent de nous, comme les premières statuettes de glaise que nous avons modelées à l’origine du monde. Nous étions présents dans les cercles de pierres, près des monolithes, des dolmens et du chêne des druides …  »
Jack Parsons

pour me contacter

janvier 2008
L M M J V S D
« Déc   Fév »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

a

Des racines et des elfes

Tigialon uscas

Blog Stats

  • 1,171,642 hits